Conduire en Tunisie

Les routes principales sont en bon état, le trafic intense, ne pas oublier qu’en Tunisie le klaxon fait office de clignotant pour doubler. Attention, la vitesse est limitée partout à 90 km/h, sur l’autoroute, la barre est à 110 km/h, et dans les agglomérations à 50 km/h, le port de la ceinture de sécurité est obligatoire, la police est omniprésente, les policiers tunisiens verbalisent facilement et la contravention est payable immédiatement. Se méfier principalement des jeunes enfants qui ont tendance à traverser sans regarder et se jettent littéralement sous les véhicules dès qu’ils échappent à la surveillance de leurs parents. Le pire reste quand même les camions qui se croient tout permis.

La conduite en Tunisie est assez « musclé », il est primordial d’observer quelques recommandations :

  • Il faut faire attention à tout : aux camions, aux bus, aux voitures, aux piétons, mais aussi aux animaux. Ils naviguent tous un peu à droite ou à gauche, mais rien de grave.
  • Eviter de rouler la nuit, les routes comme les véhicules sont peu éclairés et mal entretenues.
  • Toutes les indications sont en français, lorsqu’elles existent.
  • Les stops, les priorités, les passages protégés, les feux tricolores, le sens des giratoires, les rues à sens unique, ne sont pas forcément respectés et la conduite des tunisiens à parfois de quoi surprendre, il faut juste avoir des yeux partout. Ce n’est pas si terrible, mais cela demande une période d’adaptation.
  • Sans oublier les taxis qui stoppent un peu partout.
  • En province, c’est un peu inhabituel, moutons, ânes, piétons, vélos, charrette, tout ce monde circule, mais à des vitesses bien différentes. Sans oublier les piétons qui traversent l’autoroute de façon inconsidérée (femmes enceintes, personnes âgées ou à mobilité réduite, etc.).